LA JUSTICE

La Justice

 

Saint Augustin : « Si tu ne renonces jamais à la vie vertueuse, ta bouche est muette mais ta vie est une acclamation. »

L’homme vertueux est celui qui retrouve la volonté et le courage de combattre l’Ego (l’orgueil de l’homme).

Saint Augustin : « Point de salut sans combat dans son intériorité ! »

Charité bien ordonnée commence par soi-même …

 

Par l’immersion dans les eaux du baptême, l’homme passe la Porte des Hommes, il revit en lui avec lui et pour lui. Il retrouve le plan divin de l’universel, du un qui va vers le El (Lui en hébreux). L’Homme retrouve le sens de la vie qui le ramène à Dieu le Père par la Filiation du Christ selon sa Parole « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie ». l’Homme redevient ainsi le Temple de Dieu. Il est ce rempart impénétrable au vice (la tentation de l’extériorité), l’asile de la vertu, (de celui qui va vers le tu), c’est-à-dire l’intimité, la familiarité, la fraternité universelle. L’Homme vertueux est celui qui tutoie, qui approche de la face de Dieu, selon l’esprit de Saint Augustin : « Seigneur, ce n’est que devant ta face que mes yeux seront ouverts ».

Les différentes vertus « cardinales » de Justice, de Tempérance, de Prudence et de Force, et les trois vertus théologales d’Espérance, de Foi et de Charité font de l’Homme le sanctuaire de la Vérité. L’Homme libéré de la fausseté de son égo rentre en religion avec lui-même  pour se retrouver en religion avec Dieu. L’unité rétablie dès cette vie sur Terre, en soi, avec soi pour soi comme pour tous les hommes, rétablit le lien entre Dieu et l’Homme.

 

Dans notre étude, sur la quête du sens des vertus cardinales, nous nous sommes référés à la Somme Théologique de Thomas d’Aquin, et à la lumière des sages et des maîtres, des théologiens, des mystiques dont nous avons reçu la connaissance. Nous avons tenté d’apporter pour la vie du monde à venir une lumière peut être plus adaptée au monde d’aujourd’hui, ce qui a nécessité et donc initié une dispute de ces textes.

 

Les vertus sont des puissances créatrices de vie données par ce que les Maçons nomment le Grand Architecte de l’Univers, (Principe créateur de toute chose, Esprit Saint de Dieu), et qui rendent l’homme vertueux, volontaire, courageux et plein de force pour accomplir son devoir. La somme des vertus ne fait qu’un au cœur de l’Homme. Elles définissent, dans le cœur et l’esprit, des lois et des règles de sagesse et d’amour pour la création de la vie dans la Création. Ce principe est défini par la Parole du Christ « Devenez une Pierre Vivante pour participer à la construction de l’édifice ». Matthieu Ricard, moine boudhiste, dit « Il n’y a pas de bien ni de mal, il n’y a que le bien et le mal que nos pensées et nos actes engendrent. Nous sommes  responsables de nos vies comme l’architecte l’intention et le maçon l’acte, répondent de la qualité d’une maison ». L’Homme passe de l’Image à la Ressemblance par la Grâce de l’Amour de Dieu. Seul Dieu est Amour !

La Justice de Dieu est création : l’amour est acte créateur.

L’être vertueux n’est pas une finitude, mais est porteur du sens de l’infinitude. L’homme n’est jamais vertueux, il est rendu vertueux. La vertu est une capacité de l’être qui retrouve Son Image et Sa Ressemblance car le sens de l’être est de ne plus être, pour que Dieu soit. Le renoncement de l’être est la libération pour l’être, de sa vie, de toute finitude.

La vertu donne à l’homme le sens de l’au-delà. Elle porte en elle le sens de l’Universel et de l’Eternel. La vertu rend l’homme éternellement vivant. Elle porte en elle le sens de la nécessité de vivre en Dieu.

 

La première vertu à laquelle est rappelé l’homme est la Justice.

Définir le sens de la Justice de Dieu, c’est définir le sens de l’au-delà, car la Justice est divine (Dieu Seul a le sens de ce qui est juste).

L’homme ne peut plus continuer à prétendre établir ou rétablir la Justice de Dieu car Dieu Seul se rend Juste au cœur de l’Homme. La Justice de Dieu est intérieure, c’est son Amour qui en témoigne dans le monde pour le monde. Sans l’Amour inconditionnel de Dieu, l’homme demeure injuste dans sa relation à lui, dans sa relation au monde. Sénèque dans la vie heureuse dit « L’être ordinaire se mortifie à l’ombre du fait, l’être éclairé ressuscite à la lumière de l’esprit ». La Justice de Dieu ramène l’homme par la Filiation, de la finitude (la mort) à l’infinitude (la vie éternelle). C’est l’amour qui crée la vie, et la vie mène à l’au-delà du fait. Dans sa Volonté de guérir l’humanité de tous ses maux, Dieu dit à travers son Fils « qui m’aime me suive ». En Maçonnerie spéculative, c’est-à-dire en véritable miroir de l’Esprit de Dieu, la Justice est signifiée à l’apprenti lors de son intronisation.

 

L’Homme n’accède à la Justice que par la Tempérance, le temps fini de l’errance. Les Portes de la Justice ne s’ouvrent que par la Clémence (la clé à ce qui ment). L’humain vit de sentiments, de contentements, de jugements, car son âme, volée par le Satan (l’ange déchu) ne lui donne à voir que ce qui ment. La Justice de Dieu, dans son Parfait Amour a été d’envoyer son Fils pour ramener l’homme sur le chemin de la Vérité. L’intériorisation de l’homme est vérité ; son extériorité est illusion et mensonge. Lorsque apparaît la Justice, au regard de l’initié, c’est pour lui signifier qu’il est bien rentré dans le Temple de sa vie intérieure, en vue de devenir Temple de l’Homme comme Temple de Dieu ; tel est le sens de la contemplation.

 

La Justice ne peut être témoignée dans le monde qu’avec la Prudence. N’est prudent que celui qui est au cœur de lui-même. Cette Prudence symbolise le prude : le chaste, le pur, c’est-à-dire le détaché de manière impassible, de ce qui ment. La Prudence est donc une qualité de l’être sans laquelle la Justice ne peut s’accomplir.

Les vertus sont interdépendantes et contribuent pour l’Homme à son unité rétablie pour sa vie dans le monde. L’Homme juste est témoin du Christ dans le monde, pour le monde.

L’Homme juste est l’homme qui vit en christ.

Saint Paul : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. »

 

Parce que l’homme a retrouvé le sens de la Clémence, il frappe à la Porte du Temple, à la Porte des Hommes, et c’est avec la persévérance (parce qu’il a perçu l’errance) qu’il suit le chemin de la Tempérance qui le ramène à la Justice.

 

La Justice traduit la Prudence et s’exprime par la Force. Cette Force n’est plus comme pour les profanes (c’est-à-dire les humains) un système d’opposition, de réaction, de division, de pouvoir des uns par rapport aux autres, de guerre, mais c’est une puissance transcendantale pour la vie.

 

Ces quatre vertus cardinales, la Tempérance, la Prudence, la Justice, et la Force, sont les piliers de la Vie de l’Homme. Elles sont les quatre conditions nécessaires à la manifestation de la vie par la grâce de l’Esprit (le cercle) dans le carré de la Terre. Elles sont des messages de Dieu adressés à l’Homme dans Sa Volonté de le sauver.

La stabilité et l’harmonie dans la Création ne se font que grâce à ces vertus cardinales qui perpétuent la Création ; la création de vie nouvelle dans la Création ne se fait que grâce aux vertus théologales qui rendent la Création vivante.

L’enseignement de la théologie a pour mission de rendre la vie vivante, dans sa relation à soi, dans sa relation au monde. Le Logos, l’Incarnation du Verbe, signifie la Présence Eternelle de Dieu au sein de Sa Création.

Ces quatre vertus cardinales pour l’homme, sont en réalité théologales ! Elles émanent de Dieu, car « c’est par Lui que tout a été fait ». Elles permettent de retrouver son âme et son esprit (cheminement initiatique) en combattant et vainquant ses passions, comme le signifie la citation de Saint Augustin reprise en préambule.

 

Dans sa quête de la Justice, l’Homme ne peut pas se tromper et croire que c’est lui qui vient frapper à la Porte ; c’est la Volonté de Dieu qui l’amène. Lorsque l’homme croit que c’est de sa propre volonté, il est sous l’emprise de son égo. Par la Clémence, Dieu révèle à l’humain ses potentialités divines. Dieu est la clé à tout ce qui ment.

La Justice donne le sens de la Clémence, et la Clémence a pour vertu de ramener à la Justice placée symboliquement à l’Orient ; la Clémence figurant à l’Occident.

Le Christ est le soleil de Justice qui se lève à l’Orient, au cœur de l’Homme.

Pour l’humain la clémence vient après la Justice, pour l’Homme, la Clémence précède la Justice.

Le Plan Divin, depuis la chute d’Adam et Eve du paradis, est de tout ramener à l’intériorité de l’Homme pour un retour à la Genèse et à la Création.

Le Principe Créateur est Divin. Le principe destructeur est satanique.

L’un est générateur et créateur de vie, l’autre est mortifère.

 

Dans l’initiation Maçonnique, la première vertu qui est signifiée à l’Apprenti est la Justice.

Selon le rituel, le futur Apprenti prend conscience, à travers les trois voyages qu’il doit effectuer, de l’exigence du cheminement nécessaire pour se rendre à la Justice.

La divinité de la Justice est de rétablir l’unité entre l’Esprit, l’Âme, et le Corps.

 

Lors de l’initiation, il est dit : « Les lois de la justice sont éternelles et immuables. Celui, qui étant effrayé des sacrifices qu’elle exige, refuse de s’y soumettre, est un lâche qui se déshonore et se perd. »

Par la repentance et la conversion, le futur initié à la Lumière trouve la possibilité de libérer sa vie du remord.

Elle est la Vertu majeure. Sans les sacrifices qu’elle exige, l’initié ne recevra pas la Justice de Dieu, qui ne s’accomplira qu’avec la maîtrise. Au cœur de lui-même, il est rendu juste. La Justice est à la fois vision du chemin à accomplir, révélation de l’Amour de Dieu, et manifestation de Sa Bonté. La Justice est Lumière, elle éclaire le coeur de l’Homme.

Parvenu à la Justice, l’initié Franc-Maçon est élevé à la maîtrise par le Vivant, le Christ, et devient alors pierre vivante. « Devenez une pierre vivante pour participer à la construction de l’Edifice ».  Le Christ, Pierre Angulaire est le Maître d’œuvre de cet ouvrage, elle est Triomphale car sans la Gloire de Dieu rien n’est possible. Cette Pierre Angulaire a pour miroir la Pierre Fondamentale (HIRAM) ; fondamentale car symbolique. Hiram est le symbole du passage de la mort (l’horizontalité) à la résurrection (la verticalité) : L’Homme relevé de sa faute, son extériorité. « La chair quitte les os », l’esprit quitte la matière ; la maîtrise est signifiée par le détachement, l’inconditionnalité, c’est-à-dire la vie éternelle. Hiram, le Maître Maçon est le symbole de l’Homme-christ, de celui qui vit en christ. C’est le Christ en l’Homme, et non plus l’homme lui-même, rappelant la Parole : « L’Homme se fait tout petit pour que Dieu soit », « Il faut que je diminue pour qu’Il croisse » (la croissance étant le sens de la croix). Hiram est la Pierre Fondamentale qui préfigure la 2° venue du Christ sur Terre. L’humain ne peut pas se figurer. L’Homme au cœur de lui-même préfigure : il se prépare à figurer quelque chose que lui-même ne peut pas se figurer. Il se tient prêt, à l’image des vierges sages, à figurer selon la Volonté de Dieu, pour signifier  dans la création.

Au cœur de lui-même, devenu réceptacle de la Lumière, l’Homme n’est plus … pour être ! Le Christ s’incarne au cœur de l’Homme. Hiram est la matrice et nous retrouvons Marie.

Cette élévation, passage de la Pierre Angulaire Fondamentale, à la Pierre Angulaire Triomphale, est signifiée par la perpendiculaire (la verticalité). Le Maître est bien l’éternel Apprenti. La Maçonnerie ne commence qu’au grade de Maître ! Le seul véritable Maître étant le Christ.

La Justice est le commencement véritable de la vie Maçonnique, et elle en donne le sens.

A travers la justice se pose le problème de la Maçonnerie. Dans la temporalité, elle apparaît comme la première vertu, et n’est que la dernière à « être atteinte », si toutefois elle est accessible. Alors qu’elle est la première révélée, elle est la dernière qui se donne à vivre.

 

La Justice, bien que révélée le jour de l’initiation, ne sera vécue que lorsque le Maçon aura atteint son cœur. Alors il ne la verra plus (extérieure à lui), il la vivra : rendu à la Justice, il sera rendu juste. L’Apprenti ne peut se rendre à la Justice qu’avec la main de Dieu, des justes qui doivent refléter la Lumière qu’ils reçoivent (reflet de l’image de Dieu). Comme il a été rendu juste par Dieu, il se rend juste dans sa relation à l’autre. Ces voyages nous font passer de l’âge de la temporalité à l’âge de l’intemporalité. La Porte de la Justice est la Porte du Ciel.

Le rituel Maçonnique est le reflet de la Parole de Dieu et de son Esprit de Justice signifié par la Parole contenue dans la Bible, la Lumière du Monde.

Le Principe ne devient réalité que si la Parole révélée est véritablement vécue. La preuve de l’amour, c’est le témoignage !

Ce sens de la Justice révèle à l’homme son cœur, son centre ontologique, à partir duquel se crée la vie. L’Amour signifie la Justice par son universalité dans les quatre dimensions de l’espace. L’Amour, (à ne pas confondre avec le sentiment), acte créateur, est symbole de la Justice ; son universalité dans les 4 dimensions de l’espace en fait une vertu cardinale.

Tout est sous tendu par la Justice, elle est révélation et accomplissement de la Loi. Elle est en ce sens l’alpha et l’oméga : elle émane de Dieu. Elle est retournement à Dieu signifié à l’Apprenti dès son entrée dans le Temple, et manifestation de l’Amour de Dieu à travers la Chaîne d’Union, fraternelle et universelle.

La Justice serait pour l’homme la fin de son injustice, le but ultime à atteindre pour l’homme sur Terre, car l’homme non centré est perdu. Avec la Justice l’Homme atteint sa finitude, c’est-à-dire qu’il a fini d’être injuste dans sa relation à lui, dans sa relation à Dieu.

La Justice est pour l’être le commencement de sa vie nouvelle : la Justice étant cette Porte du Ciel porte de passage de l’Homme à l’Etre.

Cette révélation de la Justice à l’initié est en fait une formidable et exigeante invitation, qui ouvre la porte de la Vie.

Cette première vertu cardinale, et son sens théologal, permet de comprendre que les trois autres vertus de Tempérance, de Prudence et de Force, qui amènent et rendent la Justice possible, de par leur imbrication mutuelle, sont en vérité toutes théologales : la Lumière venant toujours du Ciel, le principe émanant du Principiel.

Les vertus théologales sont devenues cardinales pour permettre à l’homme sa conversion. Elles ne font pas de l’homme une personne vertueuse, elles le ramènent à la Justice, à Dieu lui même.

Le travail d’architecture est de révéler la Lumière qui mène à la Justice. Les transmutations successives, les transcendances de chaque épreuve à travers lesquelles l’initié fait l’expérience du Salut le transforment peu à peu pour que le monde se transforme autour de lui. La Clémence de Dieu mène à la Porte du Temple pour que l’impétrant entende selon Saint Matthieu : « demandez et vous obtiendrez, cherchez et vous trouverez, frappez et la Porte s’ouvrira »

 

Le cherchant de la Lumière suit la voie de la Sagesse (voie de l’intériorisation) ; il passe de l’esclavage (de l’extériorité, de la Terre d’exil) à la libération ; à l’exode qui le mène à la Terre Sainte de son intériorité, du peuple hébreux au peuple juif (au peuple d’Israël). Le Ish (principe masculin de l’être) retourne au El, et en retournant au El il retrouve son Isha, principe féminin de l’être. « Dieu créa l’Homme à son Image, Homme et Femme il les créa » Livre de la Genèse.

Le plan divin (unité de fait et de Principe) se rétablit au cœur de l’Homme, symbole depuis la venue du Christ sur terre, du paradis dans lequel tout se passe sur la terre comme au ciel.  La Justice se donne à celui qui se rend à sa rencontre. La Justice se donne à l’Homme pour l’Homme, et à travers l’Homme au monde qui l’entoure. La Justice, qui se donne au centre de la Révélation, au cœur de l’Homme, est vision de la Volonté de Dieu (de Son Esprit Créateur) dans Sa Création. Nous rappelons ainsi que Dieu a bien placé l’Homme au centre de Sa Création, et que le centre de Sa Création est le cœur de l’Homme. La Justice relève de l’Absolu, de l’Esprit et de sa Loi, alors que le jugement tient à la rationalité du profane. La vie du profane s’exprime dans le sens relatif au fait, la vie de l’initié concerne sa quête de l’Absolu. L’Esprit et sa Loi en dicte le sens.

La Justice est une connaissance que l’Initié reçoit, de ce qui est juste et bon, de dire, de faire selon la Parole de Dieu manifestée dans la Sagesse de l’Ancien Testament, dans l’Amour du Nouveau Testament, dans la Vision céleste de l’Islam. Le Juste est à la fois Juif, Chrétien et Musulman au regard de Dieu.

La Justice est signifiée par cette étincelle de vie pour tous ceux qui cherchent la Lumière, et qui au fur et à mesure de leur persévérance, dans leur volonté de suivre leur chemin initiatique, devient flamme de vie, puis pure lumière au-delà de toute lumière. L’humain (la faiblesse) devient de plus en plus Homme (la Force) pour ne plus regarder le monde avec ses yeux de chair, mais avec son cœur ; ce qui est signifié par la parabole de la femme adultère. Les transmutations, par ces libérations successives de tout conditionnement de sa vie au fait, transforment l’Homme parvenu au cœur de lui-même en Etoile Flamboyante, qui brille désormais éternellement dans les ténèbres. La religiosité est désormais l’expression terrestre de sa religion. Elle est le chemin initiatique qu’il est nécessaire de faire dans sa relation à soi, dans sa relation à Dieu, dans sa relation à l’autre. Elle est pour chaque chrétien, ce corps mystique du Christ (du Christ faisant corps avec celui qui vit en christ), constituant l’Eglise (Corps Mystique du Christ), et dont la tête est le Christ lui-même. Parvenu au cœur de lui-même, l’Homme est élevé par la main de Dieu à la conscience de l’être ; pour l’élever à une Conscience au-delà de toute conscience ! Affirmée par la Parole du Christ « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie ». L’Esprit de Justice fait de l’être vivant un être conscientisé par la Grâce de l’Esprit Saint. Cette Grâce ne se révèle à l’être, en dehors de toute appartenance, que pour lui permettre de retourner à l’Être Suprême : « Nous rendons Grâce à Dieu », et « Vous devez renoncer à tout ce que vous avez, tout ce que vous êtes, y compris vous-mêmes, pour porter ma croix dans le monde » Luc 17.

 

C’est pour cette raison que l’initié est épris (esprit) de Justice, car il est dans une relation amoureuse à Dieu qui est la Justice Elle-même.

L’Esprit de Justice, contenu dans la Parole manifestée (la Prophétie), comme non manifestée (la Révélation), s’incarne dans l’être vivant en christ (le véritable initié) ressuscité d’entre les morts (monde profane) et redonne à l’Homme l’unité entre ses deux natures. L’Homme est le fruit de la rencontre entre son humanité (faiblesse) et sa divinité (Force)

Le juste de l’Ancien Testament par la conformité de sa vie à la Parole, redevient bon par la grâce de l’Amour.

La Justice consiste à conformer sa vie à la Parole, en vue de son propre salut et de tous les siens : le premier Arche d’Alliance de Noé est constitué par la conformité de la vie de l’homme à la Parole de Dieu.

Le deuxième Arche d’Alliance éternelle et toute puissante, est constitué par la vie de l’homme en christ, disposée ainsi à recevoir l’Amour inconditionnel de Dieu.

Telle est la Révélation du Nouveau Testament !

La vie n’est plus soumise à la Loi (infantilisation de l’être), elle est accomplissement de la Loi (l’âge « Adulte »).

La Justice de Dieu lave le Vieil Adam de sa faute originelle : c’est le sens du Baptême.

La Justice est principe, c’est pour cela qu’elle figure à l’Orient. Son pendant, la Clémence, figure à l’Occident pour signifier qu’elle est aussi acte. La Clémence est douceur, chaleur, « la clé à ce qui ment » dans le sens où elle ouvre la Porte du Temple. Elle est la Porte de passage du mensonge, de l’illusion temporaire du fait, à la Vérité éternelle de l’Esprit.

Le Juste voue sa vie à Dieu dans l’établissement du « pour » le monde, dans le « et », l’unité dans le monde. A l’inverse, celui qui juge l’autre (dans le par rapport) se condamne lui-même par son sens relatif au fait, obéissant à des lois psychologiques et passionnelles, en lieu et place des lois ontologiques (de genèse et de création de vie). Le jugement des hommes est mortifère ; la Justice de Dieu est libératrice, salvatrice et créatrice. Dans le monde éclairé et initié, la vie est sacrée, car elle est exclusivement consacrée à l’autre, selon la Parole du Christ « devenez une pierre vivante pour participer à la construction de l’Edifice ».

La Maçonnerie est une expérience universelle extra-ordinaire, au-delà de l’ordinaire, car elle est consacrée exclusivement à la création d’une vie meilleure, et d’un monde meilleur. La Maçonnerie spéculative est le reflet de l’Amour de Dieu dans Sa Création. Il est demandé aux Maçons : « Allez porter dans le monde toutes les vertus dont vous avez juré de donner l’exemple » en parallèle de la Parole du Christ aux apôtres : « Je vous envoie partout dans le monde guérir les lépreux » (ceux qui vivent selon les apparencesen référence à la « tunique de peau », « ressusciter les morts » (ramener ceux qui étaient mortifiés « à l’ombre du fait, à la Lumière de l’Esprit » dit Sénèque dans La vie heureuse – « et à chasser les démons des esprits impurs » (toutes les insouciances, inconsciences, incapacités, de tous ceux qui vivent en faux maîtres, en faux prophètes, pour assouvir leur besoin de reconnaissance.)

Le Juste est intègre car il a ré-intégré son cœur : son cœur fait partie entière de sa vie. Il est le Un qui devient le tout, pour que le Tout dignifie le Un.

Tel est le sens de l’être universel. Au cœur de sa vie, l’homme touche à l’infini et à l’éternel.

 

Dieu ne rend pas justice à l’Homme, il rend l’Homme juste. Rendre Justice à l’homme reviendrait à conditionner l’esprit au fait, au sens du mérite. L’Homme est rendu juste non par rapport au passé, mais en perspective de l’au-delà : son devenir est celui du monde qui l’entoure. Chaque prophète de l’Ancien Testament se voit, dans la Justice de Dieu, donner une Terre Nouvelle.

 

Dans l’Ancien Testament, la Justice fait appel à l’intellect, à la conscience de l’homme, d’où la Crainte de Dieu, car l’intellect s’attache à l’extériorité de l’homme. Le Crainte de Dieu vient du fait que si l’homme reste extérieur à sa vie, il ne peut se rendre à son cœur. Il craint ainsi que l’homme n’écoute pas Sa Parole. Psaume 94 : « Ecoute Israël, quand donc écouteras tu ma Parole avec ton cœur ? ». La crainte de Dieu devient la crainte de l’homme de ne pas conformer sa vie à Sa Parole. La crainte des humains est mortifère alors que la crainte de Dieu est salvatrice, libératrice, et créatrice de vie grâce à Sa Parole.

Dans le Nouveau Testament, la Justice fait appel à l’Intelligence du coeur : L’Amour est la Justice en action. L’Intelligence du cœur, c’est d’écouter son cœur pour pouvoir écouter le cœur de l’autre. Depuis le Nouveau Testament tout se passe dans un cœur à cœur. Il n’y a plus de rapport de force car la Force c’est l’Amour. Si l’amour révèle l’Intelligence du cœur, ce qui la signifie ce sont les qualités de l’être : l’humilité, la simplicité, l’immutabilité comme l’écrit Maître Eckhart.

Dans la nécessité de l’écoute de la Parole et de la pratique, Saint Matthieu reprend une question du Christ  (7.21) : « Pourquoi m’appelez-vous « Seigneur, Seigneur », et ne faites vous pas ce que je dis ? »; puis sa réponse (7.24-27) : « Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à quoi il est comparable. Il est comparable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé profond et posé les fondations sur le roc. La crue survenant, le torrent s’est rué sur cette maison, mais il n’a pu l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie. Mais celui au contraire qui a écouté et n’a pas mis en pratique est comparable à un homme qui aurait bâti sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est rué sur elle, et aussitôt elle s’est écroulée ; et le désastre survenu à cette maison a été grand ! »

Le Juste devient bon par la Grâce de l’Amour. La Bonté est le sens de l’au-delà de la Justice. La Bonté devient symbole ; elle est la traduction, dans le monde, de la Justice. Dans le livre de la Genèse, Dieu dans son Esprit de Justice « vit que cela était Bon », c’est-à-dire que cette bonté est acte créateur. Comme Dieu est Esprit, cette Bonté n’est pas un état de fait, mais genèse et création. C’est Bon car c’est pour la Vie !

L’homme n’est ni bon ni mauvais, il est rendu juste pour que la vie soit bonne. Ce qui est bon pour l’homme c’est qu’il soit rendu juste. Il est bon pour l’homme que d’être juste car la justice est salutaire et porteuse de sens créateur de vie. C’est dans Sa Création que Dieu voit qu’il est bon. La bonté pour l’Homme c’est d’être créateur : d’Image (la Justice), il devient Ressemblance (la Bonté).

La bonté de l’Homme est la création de la vie dans la Création. Le fait que l’homme soit créateur est le sens du pourquoi de sa création.

La Justice est la transformation au cœur de l’Homme de la puissance créatrice de Dieu, en tant que Grand Architecte. La Puissance Créatrice, le « puits biblique du sens », au cœur de l’Homme devient alors création. Le cœur de l’Homme devient ce puits biblique qui fait de lui une source d’eau vive et éternelle, selon la Parole du Christ : « celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim ni  jamais soif, car il sera devenu lui-même la source d’eau vive et éternelle ». La Bonté, en tant qu’au-delà de la Justice, c’est d’être ce que l’on n’était pas, ce que l’on ne pouvait pas être, sans la Présence au cœur de l’Homme du Grand Architecte de l’Univers, du Principe Créateur Universel.

 

Le Maçon spéculatif reflète l’image de Dieu. Il est le reflet de l’intention de Dieu, car il répond à l’Espérance de Dieu, attente de Dieu de le voir revenir à Lui pour accomplir son dessein. Il est opératif par la grâce de l’Amour. Il n’est pas opératif dans la matière ; il est opératif pour la vie de la matière : l’esprit transforme les ténèbres en lumière. Tout fait est matière à une écoute, une vision, et une compréhension  nouvelles.

Dieu n’opère pas dans la matière, mais pour la matière, à travers l’Initié. Le Maçon est messager (messe) de tout ce qui est pour la vie, il est la promesse du témoignage de la lumière, il est celui qui fait l’unité entre l’Esprit et la matière. Sans le triangle supérieur (la vie spirituelle définie par le Père, le Fils, le Saint Esprit), le carré de la matière se transforme en tombeau. Au 3° jour, le tombeau du Christ est vide car la matière ne peut contenir l’Esprit qui en symbolise l’au-delà.

La Justice du Maçon consiste à sortir de la quadrature du cercle, c’est-à-dire quitter la vie matérielle pour la vie spirituelle ; donner vie à la matière et la transformer. C’est dégager l’esprit du fait pour que l’esprit puisse donner vie au fait.

La vie du Maçon n’échappe pas au principe éternel de la Mort et de la Résurrection. Se dépouiller, renoncer à son propre fait pour renaître à la vraie vie en suivant le chemin qui ramène au cœur de son intériorité, centre ontologique de sa vie…

La Justice est transmutation en transformations successives dans une élévation édifiante et constructive de la vie, pour la construction d’un monde meilleur. Devenir meilleur est une nécessité, car « qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour » dit Confucius.

La Justice est invitation au merveilleux voyage initiatique de la vie…

 

 

 

 

Références bibliques qui ont étayé ce travail sur la Justice :

 

Lettre de Saint Paul apôtre aux Romains (8, 28-30)

« Frère, nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour. Ceux qu’il connaissait par avance, il les a aussi destinés à être l’image de son Fils, pour faire de ce Fils l’aîné d’une multitude de frères. Ceux qu’il destinait à cette ressemblance, il les a aussi appelés ; ceux qu’il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu’il a justifiés, il leur a donné sa gloire. »

Commentaires :

« Quand les hommes aiment Dieu » signifie que quand les hommes retournent à Dieu, ne nient plus Dieu, ils sont rappelés pour être ses serviteurs, des êtres libérés de l’esclavage du monde. « Aimer Dieu » c’est être créateur de vie dans Sa Création ; ce que Saint Paul appelle : « l’économie de Dieu » : l’homme redevenu capable d’entreprendre au sein de ses différentes formes de vie, participe à l’entreprise du Grand Œuvre de Dieu.

« Ceux qu’il connaissait par avance » : Dieu créa l’homme à Son Image ; cette Image reflétant dans l’Esprit de Dieu l’Image de son Fils. La multitude de ceux qui reflètent sur terre l’image de Son Fils sont appelés Frères. Tous ceux, élevés par la Grâce de l’Esprit, sont appelés Justes dans le Corps Glorieux de Son Fils : « je suis la tête, vous êtes le corps ».

Le sens de la vraie vie retrouvée dans les Eaux du Baptême, du royaume de la Prêtrise et de la Prophétie, transforme le communiant en apôtre confirmé.

 

Psaume 96 « Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ! »

Une lumière est semée pour le juste,

et pour le cœur simple, une joie.

Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes !

Commentaires :

Ce psaume est à vivre en parallèle avec le Prologue de Saint Jean « au commencement était le verbe… » C’est l’Incarnation du Verbe.

 

Baruc (5, 1-4)

Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu, mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Eternel. Dieu va déployer ta splendeur partout dans le ciel, car Dieu, pour toujours te donnera ces noms : « Paix de la Justice » et « Gloire de la piété envers Dieu »

Commentaires :

Jérusalem, (le shalom, le salut par le retournement au Je) : L’Homme quitte les apparences de l’humain pour revêtir le Christ, « je suis ce que je suis ».

 

Saint Paul apôtre aux Romains (3, 21-30)

Frères, aujourd’hui, indépendamment de la Loi, Dieu a manifesté en quoi consiste sa justice : la Loi et les prophètes en sont témoins. Et cette justice de Dieu, donnée par la foi en Jésus Christ, elle est offerte à tous ceux qui croient. En effet, il n’y a pas de différence : tous les hommes ont péché, ils sont privés de la gloire de Dieu, et lui gratuitement, les fait devenir justes par sa grâce, en vertu de la rédemption accomplie dans le Christ Jésus. Car le projet de Dieu était que le Christ soit instrument de pardon, en son sang, par le moyen de la foi. C’est ainsi que Dieu voulait manifester sa justice, lui qui, dans sa longanimité, avait fermé les yeux sur les péchés commis autrefois. Il voulait manifester, au temps présent, en quoi consiste sa justice, montrer qu’il est juste et rend juste celui qui a foi en Jésus…

Commentaires :

« indépendamment de la Loi » : Le salut de l’Homme ne passe pas par la reconnaissance par Dieu de ses mérites, mais par le sens de la Vie qui est l’au-delà. L’Amour de Dieu est inconditionnel, il se manifeste pour l’Homme pour sa vie et non en fonction de son fait.

 

Sagesse (1, 1-2)

Aimez la justice, vous qui gouvernez la terre,  ayez sur le Seigneur des pensées droites, cherchez-le avec un cœur simple, car il se laisse trouver par ceux qui ne le mettent pas à l’épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui.

Commentaires :

« Aimez la Justice », la Justice de Dieu est Amour pour tous ceux qui font preuve d’humilité et de simplicité « cherchez le avec un cœur simple ». L’Amour gouverne le Ciel comme la Terre.

Le Satan est Prince des ténèbres, des terres extérieures à l’homme (les insouciances, les inconsciences).

Le Christ symbolise les terres intérieures, l’élévation aux champs de conscience.

 

 

Isaïe (45, 22-24)

Tournez-vous vers moi : vous serez sauvés, tous les lointains de la terre ! Oui, je suis Dieu : il n’en est pas d’autres ! Je le jure par moi-même ! De ma bouche sort la justice, la parole irrévocable. Devant moi, tout genou fléchira, toute langue en fera le serment : Par le seigneur seulement – dira-t-elle de moi – la justice et la force ! Jusqu’à lui viendront couverts de honte, tous ceux qui s’enflammaient contre lui.

Commentaires :

Retourner à Dieu, c’est retourner au cœur de l’Homme. Les exilés se repentiront en marchant vers la Terre Sainte de leur intériorité (leur cœur) ou leur vie sera sanctifiée par la Grâce de l’Esprit Saint. Toute langue se taira pour que les Langues de Feu de l’Esprit Saint éclairent la vie de tous ceux qui demeurent encore dans les ténèbres.

 

 

Saint Clément de Rome  (troisième successeur de Saint Pierre)

Qu’ils sont heureux et admirables, les dons de Dieu, ô bien-aimés ! La vie dans l’immortalité, l’épanouissement dans la justice, la vérité dans la franchise, la foi dans la confiance, la maîtrise de soi dans la sanctification ; et toutes ces choses sont devenues accessibles à notre intelligence ! Quels sont donc les biens préparés par Dieu pour ceux qui l’attendent (cf parabole des vierges sages et des vierges folles). Le Créateur et Père de siècles, le Très-Saint en connaît seul le nombre et la beauté. Luttons donc afin d’être trouvés au nombre de ceux qui l’attendent, afin d’avoir part aux dons qu’il a promis.

Mais comment cela se fera- t-il, bien-aimés ? Si notre esprit est fixé sur Dieu avec foi, si nous recherchons ce qui lui plaît et ce qui lui est agréable, si nous accomplissons ce qui convient à sa volonté irréprochable et si nous suivons le chemin de la vérité, en rejetant loin de nous toute injustice (la crainte de Dieu).

Par lui, le Christ, nous fixons notre regard sur les hauteurs des cieux ; par lui nous contemplons comme en miroir la face immaculée et incomparable de Dieu ; par lui se sont ouverts les yeux de notre cœur ; par lui notre pensée inintelligente et enténébrée  refleurit à la lumière ; par lui, le Maître a voulu nous faire goûter à la connaissance immortelle !

Commentaires :

L’injustice de l’homme tient au seul fait qu’il ne vit pas encore, ou qu’il ne demeure pas au cœur de lui-même. A la vision du cœur, les ténèbres se transforment en lumière pour contempler la multitude et l’infinitude de la Grâce de l’Immaculée Conception : l’Homme ne peut concevoir la Volonté de Dieu ; il est nécessaire pour la vie qu’il en soit réceptacle. C’est à genoux (son humilité) qu’il fera de son cœur la terre fertile de toute spiritualité, c’est-à-dire de tout lien, de toute religion aux autres hommes.

 

Romains (4-    )

Il lui fut accordé d’être juste.

Commentaires :

La Justice ne concerne pas le fait, elle est bien une capacité de l’être.

 

Psaume 84  « Attente du salut »

 » Amour et vérité se rencontrent, Justice et paix s’embrassent; la Vérité germera de la terre et du ciel se penchera la Justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit. La Justice marchera devant lui et ses pas traceront le chemin… »

Dieu nous enseigne sans cesse le sens véritable des mots amour, vérité, justice, paix. Nous n’aurons jamais fini de découvrir les fruits qu’ils portent sur le chemin de la nécessité de l’être! Avec la Justice, le principe devient acte; et l’acte est principe (sens pour la vie)…Le Principiel (le Principe qui vient du Ciel) est Amour: il est acte générateur et créateur et pas seulement événement.

 

 

LE CHEMIN DE SAINT JACQUES

LE CHEMIN DE SAINT JACQUES

(un chemin initiatique dans la quête de l’Absolu)

« Quand vous butez sur toute sorte d’épreuves, pensez que c’est une grande joie. Car l’épreuve, qui vérifie la qualité de votre foi, produit en vous la persévérance, et la persévérance doit vous amener à une conduite parfaite ; ainsi vous serez vraiment parfaits, il ne vous manquera rien. » (Jacques 1, 2-4)

Le chemin de Saint Jacques est symbolisé par la coquille saint- jacques où la créature rejoint son Créateur au centre symbolisant le tombeau, où le cherchant tombe vers le haut (l’élévation), par la rectitude de la démarche symbolisée par la partie horizontale de la coquille, le fondement du cheminement. Vers ce centre convergent les chemins de vie, les chemins initiatiques, à l’image des quatre fleuves qui mènent au sommet de la montagne de Sion ; le quatre (la matérialité) se transforme en spiritualité en passant par le un. Les retrouvailles de la dépouille décapitée de Saint jacques signifie la Volonté de Dieu de voir l’homme se dépouiller de ses pensées pour retrouver la vie spirituelle.

La coquille par sa forme concave symbolise la capacité à recevoir la Lumière pour la donner ; la main gauche qui reçoit et la main droite qui donne. L’intérieur de la coquille est blanc nacré par suite d’une disposition particulière des prismes constitutifs du calcaire, qui polarisent la lumière. Elle symbolise la purification par la transmutation au cœur. Douze sillons (de lumière) divergent du centre. Pour le pèlerin qui incarne l’initié, ils évoquent les douze tribus d’Israël, les douze Apôtres, les douze portes de la Jérusalem Céleste, les douze mois de la création. La lumière c’est la vie symbolisée par l’eau pure dont la coquille est le réceptacle. La coquille évoque la mer (la Mère, la matrice) et en corollaire, le sel : la concentration et la cristallisation des énergies, de la Force (« Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel vient à s’affadir, avec quoi le salera-t-on? Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens… »1 Mc 9). Elle est union entre la Terre et l’Océan, la finitude et l’infinitude, le manifesté et l’au-delà du manifesté.

Le chemin de Compostelle nous fait quitter la quotidienneté de la matière pour que l’esprit puisse s’approprier (se libérer- se purifier) ce qui est juste : la vie, l’au-delà de la matière. Le relatif, l’éphémère, l’apparent s’effacent devant lesprofondeurs de l’être que donne à entrevoir le chemin. Le pèlerin qui se rend à Compostelle chemine vers son cœur, vers le centre ontologique de sa création, miroir de l’Archétype Universel, reflet de Son Image. Il libère sa vie de la complexité et la mène vers la simplicité : il marche en lui, vers lui, avec lui ; il se rend au point. Proverbe alchimique : «  Connais-tu le point qui est dans le carré (la matérialité) ? Connais-tu le point qui est dans le triangle (la spiritualité) ? Connais-tu le point qui va dans le cercle (l’universalité) ? Connais-tu le point, alors tout va bien ; ne le connais-tu pas alors tout est vain ! » Le chemin participe au rétablissement du Corps primordial, du Corps matriciel (union rétablie de l’esprit, de l’âme et du corps), de l’image en marche vers la ressemblance. Arrivé à Compostelle (Le Champ des étoiles), le pèlerin deviendra étoile pour briller lors de son retour, comme Jacques, parmi les siens dans les ténèbres de la matérialité du monde moderne. La dureté du chemin exige d’aller puiser au cœur de soi-même la Force qui donne la volonté, le courage, la persévérance. « Vendez vos biens et donnez les en aumône. Faites- vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où ni voleur n’approche ni mite ne détruit. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. » Ac 4.

« Le bon chemin » est celui qui nous fait passer d’un (du) pas juste au Seul et Unique Juste : le Christ (« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »). « Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s’y engagent ; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent ». 1 Lc 13-24. Le chemin rappelle la prévalence de l’Être sur l’avoir. « L’homme extérieur ne fait qu’exister ; l’homme intérieur est ! » dit Annick de Souzenelle. Le chemin est transmutation au cœur (le détachement ou œuvre au noir) et de plus en plus transformation (l’amour ou œuvre au rouge : «  Il suffit de se transformer pour que le monde se transforme autour de nous ») dans le but d’être élevé (la transfiguration ou œuvre au blanc : ce que l’homme ne peut pas se figurer) à sa vocation divine. La colonne vertébrale de la vie est la verticalité de l’être ! Le sac du pèlerin ne reste pesant que lorsque pèse encore en lui les insuffisances d’amour, les siennes (ses non-dits, ses non-faits) comme celles du monde qui l’entoure (les insuffisances, les inconsciences, les incapacités, les incertitudes par manque de foi). L’homme en chemin retourne à Dieu et à Sa Foi. « Comme Dieu est constitué, l’âme l’est aussi » dit St Augustin.

Le chemin est symbole du Saint Nom de Dieu YHWH (Ce qui était- ce qui est et ce qui vient) puisque Jacques assista avec Pierre à la Transfiguration sur le Mont Thabor où les prophètes Elie et Moïse s’entretinrent avec Jésus ; un Seul et même Temps pour tous les pèlerins des siècles des siècles ! Il est le chemin de tous car il est le chemin du Tout, le chemin qui mène au Un, au Corps du Christ dont Il est la Tête. Il est le chemin de la Loi qui mène à l’Au- delà : «  Aimez- vous les uns les autres comme Je vous ai aimés ! »

Celui qui prend le chemin dans l’envie, le besoin, ou par rapport à un événement particulier de son existence, ne peut le suivre que dans le sens de la nécessité du cheminement intérieur que réclame son exigence qu’il ne peut, au départ, se figurer ; et qui se traduira (ou non) par une transformation profonde dans sa vie, dans l’au-delà du chemin. Il symbolise, en cela, le passage des ténèbres de la matière à la lumière de l’esprit.

Le pas juste se transforme alors en pas du juste … La douleur (l’humain) s’efface alors pour laisser place à la souffrance (le souffle de l’errance) dans la quête du divin, du chemin qui ramène à Dieu … « Le Christ est cherchant, persévérant et souffrant » dit Luc.

La légende de Compostelle raconte que c’est une étoile (toujours le Principe unique) qui aurait permis à ses disciples venus de Jérusalem de retrouver les reliques de Jacques le Majeur pour lui construire son tombeau. C’est ensuite autour du tombeau qu’aurait été construite la ville de Compostelle ; étymologiquement « le Champ des étoiles » dont le tombeau serait symboliquement le cœur de la ville et les étoiles, les pèlerins arrivés au cœur d’eux-mêmes pour recevoir la Lumière qu’ils sont censés maintenant refléter dans leur vie ; dans la nuit mystique du fidèle, de celui qui porte en lui la verticalisation de la foi, la Lumière se met à briller. Le « champ de l’étoile » c’est la vie (l’évolution, la transformation) dont le pèlerin doit maintenant témoigner, pour éclairer la nuit (l’existence) de ceux qui l’entourent. Sa vie est le symbole de l’au-delà de Compostelle marquée de sa présence en christ : la crédence de son cœur. La crédencielle devient chaque jour la croix de la lumière qui descend du Ciel … « Ne laisse jamais nos vies, tout au long du jour, manquer à la Lumière ; recharge les du poids d’amour qui les entraîne vers le Père » demandent les Apôtres au Christ.

« La Loi que le Ciel a mis dans le cœur de l’Homme s’appelle la loi naturelle (de sa nature divine originelle). L’observation de la Loi s’appelle la Voie ou la règle de nos actions. Remettre en lumière, dans les cœurs des hommes, la règle des actions que les passions ont obscurcies, cela s’appelle enseigner. Il n’est jamais permis de s’écarter de la règle de nos actions, même un instant ; s’il était permis de s’en écarter, elle ne serait plus règle. Pour cette raison, le sage prend garde et fait attention, même quand il ne voit rien qui réclame sa vigilance ; il craint et tremble même quand il n’entend aucun bruit qui puisse l’effrayer ; car pour lui rien n’apparait plus à découvert que les secrets replis de son cœur (Confucius). On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, en bien comme en mal ; et le mal que nous avons, c’est le mal que nous faisons : nous sommes responsables de nos vies comme l’architecte ( l’intention) et le maçon (l’acte) dépendent de la qualité d’une maison.

Il ne nous reste plus qu’à persévérer sur tous les chemins de nôtre vie terrestre, en se rappelant la sagesse de Confucius : « Qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour ! »