LE CAREME

 

Ou, pourquoi Jésus a prié pendant quarante jours dans le désert ?

 

Le mot carême a la même étymologie que les mots charisme et kérygme. L’être charismatique est celui qui vit la chrismation, l’incarnation du Verbe dans sa vie en christ ; le kérygme étant l’évangélisation, la révélation de la Lumière des fidèles aux incroyants.

Le Carême est cette chair (le charisme) que Dieu aime et qui aime ! Ce qui est « cher » au regard de Dieu, c’est le « Monos », l’Unité : l’unité de l’esprit, de l’âme et du corps ; unité de vie de soi en soi ; unité de vie de soi en Dieu, de Dieu en soi.

Le Temps du Carême est défini par les 40 jours de Jésus en prière dans le désert : Dieu (Jésus) nous prie de ne plus déserter notre cœur pour vivre en christ et être sauvé de la tentation du Satan qui s’emparerait, avec la faiblesse de l’homme, de son âme et de son esprit, pour devenir le « Diabolos », le diviseur, le séparateur.

 

Le temps de la prière est invitation au détachement du monde extérieur, à la libération de l’âme et de l’esprit du conditionnement de la vie à la matière, de la pureté et de la simplicité de l’intention de mettre sa vie dans les mains de la Volonté de Dieu.

Elle est symbole de l’incarnation de l’homme en l’Homme- de Dieu en l’Homme, pour que l’Homme devienne dieu. « Dans l’Amour, nous sommes des dieux auprès de Dieu » selon Saint Paul.

 

Avec la venue de Jésus, les 40 ans de l’Ancien Testament se sont transformés en 40 jours du Nouveau Testament ; comme si, avec la venue de Dieu sur terre, avec Sa Présence, son aide, tout devenait plus à la portée des hommes, plus proche !

En fait il s’agit toujours d’un Seul et Même Temps, d’un Seul et Même Jour ; D’une Seule et Vraie Lumière : une Lumière au-delà de toute lumière ; un temps en dehors de toute temporalité.

Les « ans » signifiant le « En », l’intériorité ; les « jours », la Lumière qui transforme le cœur de l’Homme en Vérité.

« 40 » c’est le carré de la Matière ; le « 10 », c’est le Yod des Hébreux, l’Incarnation du Verbe, au cœur de l’Homme, de la Manifestation de Dieu dans Sa Création. Ce 10, c’est le Un, c’est Dieu au cœur de l’Homme ; le centre de la croix du Christ qui étend Sa Sagesse et Son Amour dans les 4 directions de l’Espace.

 

Lorsque le Satan, le Révélateur, vient reprocher à Jésus de demeurer en prière, alors qu’Il est censé venir sauver le monde, c’est pour signifier que « nul ne pourra sauver le monde », si ce n’est Dieu par la Grâce de L’Esprit Saint en chaque homme !

La prière de Jésus est de signifier qu’Il est le Chemin du cœur, la Vérité libérée des illusions, et la Vie : l’Au-delà de tout fait. Le temps de la prière est le temps du premier Au-delà, le temps de l’Au-dedans, de l’Eau du dedans, de l’intériorité, du Baptême. Dieu ne reconnaît pas les siens aux mérites de leurs activités, mais à leur vie selon la Foi qu’Il a placé en chacun d’eux : la Révélation de la Foi se fait au cœur de l’Homme ; et dans le monde à partir du cœur de l’Homme : sa prudence c’est de voir toute chose avec son cœur ; sa force, c’est sa justice qui est de toujours agir avec son cœur, avec l’aide de « sa » Conscience Suprême !

Lorsque le Satan encore, lui dit « qu’Il va mourir de faim et de soif », c’est oublier qu’Il est le Pain de la Vie Nouvelle et Éternelle ; et  que, « celui qui vient à moi, n’aura plus jamais faim, ni jamais soif, car il sera devenu, lui-même, la source d’eau vive et éternelle… »

C’est la « Manne du Désert » : la Parole de Dieu qui nourrit l’âme et l’esprit de l’Homme, qui lui donne et redonne sans cesse la volonté et le courage d’aimer. Elle est le passage de l’avoir à l’être, du besoin à la nécessité, de l’extériorité à l’intériorité, où l’Homme doit puiser au plus profond de son être la force que Dieu lui donne dans Sa Fidélité. C’est la Foi que Dieu place en l’Homme, en chaque homme. L’incroyant n’est rien d’autre que celui qui ne s’est pas encore rendu au cœur de lui-même, au centre de sa propre vie : à la croix du Yod (le « Y »), du Saint Nom de Dieu, YHWH, qui donne du sens à sa vie qui n’est plus dès lors limitée à son seul fait !

Le Temps du Carême est le temps du détachement de tout fait, y compris de notre propre fait ; tel est le sens du Jeûne, de mourir au fait de ce que nous étions (nos cendres), et renaître à Pâques, avec le Christ, Grâce au Christ, à la Vie Éternelle…

« Au cœur de l’Homme, le bois du supplice se transforme en Arbre de Vie » St Paul.

 

 

HYMNE : Pour accueillir sa grâce, voici le désert immense :

                   Le lieu de nos refus est le lieu de sa patience.

                  Le Christ attire à Lui tout homme :

                   Le temps du désir se prolonge encore ;

 

                  Pour nous mener vers l’aube, voici qu’une nuit commence.

                  Demeure notre cœur dans la paix et le silence :

                 Le Christ est près de nous, Il veille,

                  Lumière promise au monde qui dort.

 

 

21 Mars 2017

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *